Reportage sur le Festival de Théâtre Amateur en Milieu Scolaire 3ème édition

Écrit par Clotilde Hardeman.

1

Déjà la troisième édition du festival de théâtre amateur en milieu scolaire et cette année ce sont près de 200 élèves qui se sont présentés sur scène durant deux jours de festival.

Fort de son succès auprès des enseignants et des élèves, le festival s’est cette année déroulé sur deux jours pour permettre au plus grand nombre de comédiens en herbe de participer à cette belle aventure. Quelques nouveautés au programme de cette édition : l’élection des deux finalistes qui s’affronteront le Jeudi 17 Mai, à l’occasion de la finale et le prix du public décerné par les élèves.

Les membres du Jury de ce premier jour sont :

Patrice Laisney, Directeur du PôleJeunePublic

Cyrille Elslander, Directeur Adjoint du PôleJeunePublic

Christophe Champfailly, coordinateur Départemental Arts et Culture Inspection Académique du Var

Peggy Mahieu, Comédienne – Cie de l’Echo

Anne-Marie Vautrin, professeure de théatre- Ateliers Declic’Théâtre

Sophia Johnson, comédienne- Cie D’âmes à palabres

Cette année, le thème imposé était « L’Autre ».

C’est donc le 26 Mars à 9h précise que débute cette troisième édition. Avec le groupe de l’Institution Sainte Marie à la Seyne-sur-mer, composé d’élèves de classe de 6ème, 5ème et 4ème qui entrent les premiers sur scène. Soutenus par leurs professeurs de français et d’E.P.S, les élèves ont choisi d’intituler leur pièce « Les autres » articulée autour de plusieurs disciplines. En effet, on y retrouve du jonglage, quelques acrobaties, un magicien amateur et évidemment du théâtre, avec un narrateur associant les différentes matières artistiques. Les élèves traitent le thème imposé au travers de la différence et de la peur de l’autre, ils opposent un groupe de personne représentant le conformisme à un groupe évoquant la diversité des sociétés. Dans cette pièce, la méfiance et le clivage sont très distinctement représentés par les costumes, blancs pour les « honnêtes gens » et noirs ceux qui représentent un risque au  « bon vivre ensemble » ; mais aussi par l’occupation de l’espace scénique, ils sont face à face et ne se mélangent pas. Une prestation, questionnant donc sur l’acceptation de celui qui est différent, que l’on ne connait pas dans notre environnement.

Après un court entracte, ce sont les élèves du collège André Malraux de La Farlède qui nous proposent leur pièce. Elle s’intitule « Je, tu, il » des saynètes issues d’écrits existants mais réappropriés après réflexion et concertation au sein du groupe. On y retrouve les influences de Philippe Claudel ou d’Henri Bornstein par exemple. Les élèves abordent donc ce thème sous différents points de vus, notamment le deuil, mais aussi l’homosexualité ou encore le racisme. La question est ici posée de ce qui fait mon individualité mais aussi ma différence. Suis-je plus « différent » que celui d’à côté ? Et comment peut-on définir une personne par ses goûts où ses choix de vie. C’est donc une pièce aux personnages variés explorant la diversité de ce thème imposé : L’Autre, mais invitant avant tout à la tolérance.

« Contrôle d’identités » du Collège Reynier à Six-Fours est le troisième spectacle présenté sur scène. Dans cette pièce, ce sont les réadaptations de grands noms de la littérature qui sont le fil conducteur. D’Amphitryon de Molière en passant par Cyrano de Bergerac ou Don quichotte, l’autre est abordé tantôt avec humour, tantôt avec gravité. « L’Autre » est tour à tour un sosie, un fou, un rival ou encore un amant, il est l’autre de quelqu’un en opposition. C’est aussi le thème de l’identité personnelle qui est abordé ici, comme l’exprime le titre de la pièce, qu’elle soit définie par l’amour ou par la religion. Le narrateur fait ainsi le lien entre toutes ces histoires et nous guide à travers le temps, les époques et les différentes situations. On notera aussi l’accent mis sur les costumes afin d’ancrer les personnages dans une époque précise.

Après une pause déjeuner sous le soleil revestois, c’est au tour du collège Paul Cézanne de Brignoles de se présenter leur spectacle « D’un mot, d’un pas : l’autre ». C’est un spectacle pluridisciplinaire à nouveau auquel nous assistons, avec, des apprentis circassiens, des musiciens, des chanteurs et des danseurs que l’art théâtral rassemble. Ici aussi, on retrouve de l’humour, à travers les costumes notamment, mais aussi avec le comique de geste. Ce qui permet d’aborder des thèmes légers, comme un caprice d’enfant, qui désire un « autre » manteau mais aussi des thèmes plus profonds comme la guerre ou la mort, où « l’autre » est l’ennemi. C’est un spectacle varié ou tous les talents sont exploités ainsi que plusieurs aspects du spectacle vivant comme les jeux de lumière, la fumée sur scène, la sonorisation. Séparée en cinq scènes, cette représentation permet à chacun de dévoiler sa vraie nature, et ses talents avec un rythme ne laissant guère place à l’ennui.

Enfin, le dernier groupe de cette première journée sont les gagnants de l’édition précédente, à savoir les élèves du Collège La Guicharde de Sanary-sur-mer avec le spectacle « Le voisin du troisième » de Nathalie Saugeon. Ils ont choisi d’aborder un sujet profond pour répondre à la thématique de l’autre, à savoir la mort. Plus précisément, l’ignorance de l’autre de son vivant et la découverte de ce qu’il était. Ici tout le monde se rassemble autour du cercueil du défunt, et chacun tisse au fur et mesure l’identité de celui qui est parti. « L’autre » devient quelqu’un, au travers des récits on découvre son passé, ses souvenirs, ses rencontres. C’est le souvenir et peut être la culpabilité que l’on a à se concentrer sur soi-même et ne pas s’ouvrir aux autres qui permettent de découvrir celui qui était là mais qu’on ne voyait pas. Outre le côté funeste du thème, cette pièce de Nathalie Saugeon, ne tombe pas dans le morbide. Le cercueil est au contraire vu comme fédérateur et moyen de confidence, allant presque jusqu’à la rédemption de certains des personnages, face au jugement final. Cette pièce est donc à voir comme un questionnement sur notre rapport à la mort, et l’importance de s’ouvrir au monde.

Et c’est à présent l’heure pour le jury de rendre son verdict :

Le prix de la meilleure interprétation masculine est attribué à Ethan Pardossi du collège Reynier

Et le prix de la meilleure l’interprétation féminine est attribué à Laurène Tellier du collège Reynier ex aequo avec Emma Cassassoles du Collège La Guicharde

Le prix du public est attribué au Collège Reynier avec « Contrôle d’identités »

Le prix du meilleur spectacle est attribué au Collège La Guicharde, grand vainqueur de l’édition précédente avec la pièce « Le voisin du troisième ». Garderont-t-ils leur titre à l’issue de la finale ?

Pour ce deuxième jour du Festival de théâtre amateur en milieu scolaire, l’équipe du PôleJeunePublique est assistée des élèves de l’option Théâtre du collège Jacques Yves Cousteau accompagnés de leur Professeur Sandrine Belliardo. Ils auront, au cours de cette journée, différentes missions : accompagner les élèves dans les dédales du théâtre, renseigner, guider mais aussi prendre des notes et des photos, tels de vrais apprentis reporters.

Les membres du jury de ce deuxième jour sont :

Patrice Laisney, Directeur du PôleJeunePublic

Cyrille Elslander, Directeur Adjoint du PôleJeunePublic

Christophe Champfailly, coordinateur Départemental Arts et Culture Inspection Académique du Var

Elisabeth Ciréfice, Metteur en scène et artiste-enseignante au conservatoir TPM

Anne-Marie Vautrin, professeure de théatre- Ateliers Declic’Théâtre

Guillaume Cantillon, Comédien et metteur en scène, Cie Le cabinet des Curiosités

Justine Antico et Raphaël Demarco, élèves du collège J-Y Cousteau, La Garde

Et c’est le groupe de Mme Pous du Lycée Dumont D’Urville qui ouvre cette nouvelle journée en présentant son adaptation du spectacle « Agonia Confutans » de Juan Benet . Les lycéens ont choisi d’aborder ce thème d’un point de vue philosophique à la manière de Platon, après avoir étudié en classe la place d’autrui dans la société. On retrouve tous les élèves sur scène qui tour à tour déclament leurs arguments en binôme, ils s’affrontent, puis s’écoutent. C’est les relations entre les individus qui sont ici misent en avant, le questionnement sur l’évolution des relations entre soi et autrui, et les différences entre chacun qui amènent aux changements. Il y a aussi dans cette pièce le désir de connaitre l’autre, d’aller vers lui. On notera de plus, l’accompagnement au piano par la professeure qui ajoute une profondeur au texte et ancre les phrases dans un discours solennel sur l’individu.

Puis nous retrouvons les élèves du Collège Django Reinhardt et leur spectacle « L’autre » adaptation de la pièce de Florian Zeller. Dans ce tableau c’est l’amour qui est mis à l’honneur où plutôt les relations amoureuses avec tout ce qu’elles peuvent impliquer. En effet, cette pièce traite de la tromperie du mensonge et des relations femme/ mari, femme/amant et ami/ami. On se questionne sur la manière d’aborder ces relations, quel Autre doit-on choisir. Le parti pris ici, est l’anonymat des personnages, à travers les masques que tous les comédiens portent. Ce sont les paroles et les actions qui prédominent, à la manière d’un Vaudeville. Ici l’univers est plutôt sombre et nous amène à réfléchir sur les conséquences de nos choix. L’autre est un élément perturbateur pour moi alors comment puis-je rétablir une vie sereine sans lui ?

Ensuite, « L’enfer c’est les autres » c’est le titre de la pièce présentée par le collège Le Vigneret du Castellet. C’est autour de cette idée, que l’autre peut être l’enfer, que s’articule cette pièce avec comme fil conducteur l’enfer dans la mythologie. Mais aussi des références plus modernes comme le traitement par l’image à la manière du film "Orange Mécanique" de Kubrick. La pièce s’articule donc autour d’un personnage principal qui représente toutes les tares de la société. Il est homophobe, sexiste égoiste… c’est une manière de montrer jusqu’à quel point un individu peut être néfaste pour le reste de la communauté. Ici l’autre est le mal, l’enfer qu’il faut guérir. Tout cela est traité avec humour tout en abordant des thèmes profonds afin de dénoncer les méfaits que peuvent avoir un seul individu….

Les seynois du Collège Henri Wallon nous proposent quant à eux le spectacle « L’amour à travers le temps ». En reprenant la fameuse histoire de Roméo et Juliette, ils ont intégré le thème imposé en traitant la relation à l’autre à travers l’amour. Cet amour impossible à travers le temps avec un même obstacle : les clivages familiaux et sociaux. En effet, l’amour est ici traité comme ce qui rapproche en premier lieu les individus puis, après la découverte de certains paramètres, ce qui peut séparer les êtres. Les élèves ont ainsi repris l’histoire de Shakespeare puis l’ont transposée dans leur quotidien, dans l’ère moderne. Pour cela, ils ont intégré un travail fait en amont, à l’aide d’un support vidéo, une rencontre entre deux adolescents où l’amour est impossible dû aux dérives illégales d’un des protagonistes. L’autre est donc vu comme une tentation mais aussi comme un élément perturbateur dans les relations, l’éternel dilemme de l’amour face à la raison..

Le deuxième groupe du Lycée Dumont D’Urville clos à présent cette troisième édition du Festival de Théâtre Amateur en milieu scolaire. Leur spectacle se nomme « Planète lointaine ». Les élèves abordent le thème « L’autre » en parlant de la migration des populations. Avec cynisme, humour et parfois sarcasme, ils dénoncent les différences que l’on peut faire face aux migrants que l’on rencontre, et qui sont inscrites dans l’inconscient collectif. L’autre est l’inconnu qui vient avec sa culture et son histoire dans une société où il doit prendre ses marques. Comment à travers l’histoire des civilisations, montrer que l’on a tous été cet autre pour quelqu’un, qui nous a accepté, là est le propos de cette pièce. On notera la participation émouvante des jeunes migrants de l’association « L’autre c’est nous » qui ancre cette pièce dans la réalité de notre société.

Il est temps de connaitre le noms des gagnants des prix d’interprétation féminine et masculine, du prix du public et le groupe gagnant de la demi-finale qui affrontera le Collège de la Guicharde le jour de la grande finale le 17 Mai.

Le prix collégien de la meilleure interprétation féminine est attribué à Louna Sanchez du Collège Le Vigneret

Le prix lycéen de la meilleure interprétation féminine est attribué à Leïla Flayeux du Lycée Dumont D’Urville

Le prix collégien de la meilleure interprétation masculine est attribué à Salim Oueslati du collège Henri Wallon

Le prix lycéen de la meilleure interprétation masculine est attribué à Arthur Medail du Lycée Dumont D’Urville

Enfin pour cette deuxième journée le prix du public et le prix du meilleur spectacle sont tous deux attribués à la pièce « Planète Lointaine » du groupe du Lycée Dumont D’urville.

On retrouvera donc les élèves du collège La Guicharde et les lycéens de Dumont d’Urville le Jeudi 17 Mai pour la finale au PôleJeunePublic, souhaitons leur bonne chance à tous !

photo gagnants2

 

C'était Jeudi 17 Mai  et c'était la finale du Festival de Théâtre Amateur en Milieu Scolaire. Cette fois ci devant un public, constitué de la famille et des amis des comédiens en herbes. Mais  aussi du Jury, composé de : 

Patrice Laisney, Directeur du PôleJeunePublic
Cyrille Elslander, Directeur Adjoint du PôleJeunePublic
Christophe Champfailly, Coordinateur Départemental Arts et Culture Inspection Académique du Var
Peggy Mahieu, Comédienne et directrice artistique - Cie de L’Echo
Georges Perpes, Directeur de la Bibliothèque de théâtre Armand Gatty et de la compagnie Orphéon Théâtre Intérieur
 
Les deux groupes finalistes nous ont présentés à nouveaux leur pièce, et c'est après une délibération approfondie que le jury reviens en salle pour donner enfin soin verdict: 
 
C'est le Collège La Guicharde qui remporte le Festival de Théâtre Amateur en Milieu scolaire  pour la seconde fois.
 Qui arrivera à les détroner lors de la quatrième édition ? 
 

No images found.

Crédit photos : Pierre Futsch