Résidence de la Compagnie Pirenopolis - octobre 2017

Écrit par Polejeunepublic.

IMG 2105

Depuis le début de la semaine, nous accueillons la Compagnie Pirenopolis en résidence de création pour leur prochain spectacle « Précieux(ses) le grand bureau des merveilles ».
Ils sont deux dans cette aventure, Cathy Ruiz et Stephan Pastor. Ils ont cette volonté de porter ce projet à deux, et deux seulement !


Ce duo est bien plus vieux que la naissance de la compagnie Pirenopolis. Amis de longue date, ils se sont de nombreuses fois croisés sur des projets et spectacles au fil des années.
En 2000, la compagnie Pirenopolis est créée par Stephan qui en devient le directeur artistique.
Il passe de l’autre côté du plateau et met en scène plusieurs pièces aux sujets puissants, dont « Une si belle fin de journée » dans laquelle notamment il dirige Cathy en 2002.
Cette pièce s’inscrit dans une trilogie de Dominique Delgado construite autour d’un vrai circuit in situ : 
                                 -  « Une si belle fin de journée » jouée en appartement,
                                 -   « Ne reste pas dans mes jupes » jouée en extérieur,
                   - « Exil » jouée en terrain vague, friche, terre d’exil.
On peut aussi remarquer les spectacles « Benedito drame sans parole » et « La nuit de Domino » écrits et mis en scène par Stephan Pastor, dont le second prend un aspect autobiographique. Cathy l’accompagne sur ce projet en direction d’acteur.

Pour Stephan, la compagnie Pirenopolis porte 3 axes principaux :
                     - La création,
                     - La transmission,
                     - Et le jeu

Les projets de la Compagnie Pirenopolis permettent aux acteurs de creuser le mystère de la présence, la question de « l’alchimie du jeu », de la relation singulière avec le public, par l'écriture dramaturgique. On note aussi l’importance de définir le lieu de jeu des pièces comme un point névralgique de l’identité de leurs œuvres.


22365332 1918253051830325 8351155865387904946 n

Stephan et Cathy se retrouvent donc une nouvelle fois rassemblés dans la prochaine création de la compagnie.
Depuis quelques temps émergeait en eux la nécessité de créer un spectacle pour tous, accessible au jeune et tout public à partir de 13 ans, basé sur un auteur classique. Partageant ce point de vue, ils ont décidé de vivre cette création ensemble, du début à la fin, jusqu’au jeu sur scène.

Ils ont choisi l’œuvre de Molière « Les Précieuses Ridicules » aux sujets intemporels, en l’adaptant à nos jours. Cette transposition s’effectue sur une émission de téléréalité, dans laquelle sont envoyées les filles de province pour passer à la télévision et rencontrer un homme de la jeunesse dorée parisienne tout en espérant également devenir célèbre. Ici la préciosité évoquée par Molière est caractéristique de celle du monde de la jet set. Stephan et Cathy interpréteront tous les personnages de la pièce, dont les présentateurs/acteurs de l’émission. Le texte de Molière est respecté !

Les nouvelles technologies font également résonance à l’adaptation des « Précieuses Ridicules ». Un écran sur le plateau, des smartphones, certaines scènes filmées et projetées en direct, d’autres filmées en amont et retransmises. Un vrai travail vidéo sera présent sur scène permettant de décupler les apparitions.

L’espace de ce spectacle n’a cette fois pas été défini en fonction de la pièce mais en fonction du sujet. En effet le monde de la téléréalité impose son espace. Quand « Les Marseillais » vont à Ibiza, dans l’émission de téléréalité du même nom, ils envahissent ce lieu. La pièce prendra ce même axe. Qu’importe le lieu, il devient alors le plateau télé, il est « capturé », et les spectateurs deviennent les téléspectateurs, ce qui ouvre en illimité les possibilités des lieux de représentation.

Il y a également de la part des deux artistes une volonté de tout pouvoir diriger à deux sur le plateau, avec une légèreté technique afin d’amener Molière, et de pouvoir discuter et échanger sur ses thèmes, en tous lieux (écoles, centre sociaux, théâtres, roof-top, maisons de retraite, hôtel particulier, centre social, bâteaux de croisière…)

Dans ce choix de présenter un tel sujet, il n’y a pas d’intention de jugement. « Une œuvre artistique n’a pas vocation de juger mais de questionner », nous livre Stephan Pastor, « d’exposer un sujet pour lancer un débat, un échange ». Molière avait déjà pris le parti de ridiculiser ces précieux(ses), mais le spectacle met seulement en lumière ce sujet. C’est un peu comme une étude sociale des clivages sociaux qui depuis Molière sont encore présents à notre époque et représentés dans la pièce.
Les acteurs se sentent touchés par ces personnages précieux qui ont ce désir de reconnaissance.


Une vraie volonté pédagogique accompagne en parallèle la création du spectacle et plus tard, sa diffusion.
La compagnie est déjà intervenue au cours de leur semaine de résidence au PôleJeunePublic dans une classe du Lycée de La Cordeille à Ollioules lundi et mercredi. Les artistes ont présenté la compagnie et leur prochaine création, pour ensuite leur lire une scène du texte de Molière. La première séance s’est clôturée avec l’écriture de courts sketchs sur les précieux(ses) d’aujourd’hui. Dans une seconde séance, en petits groupes, les élèves ont mis en scène ces écrits et les ont présentés à la classe.


20171011 094530          22365406 1918253311830299 2075623467240467063 n


Il faudra encore attendre un an avant de voir « Précieux(ses) le grand bureau des merveilles », et plusieurs résidences à venir. Grâce au réseau Tribu qui coproduit cette création, la compagnie Pirenopolis va pouvoir revenir une seconde fois au PôleJeunePublic, et être accueillie dans d’autres lieux pour terminer la création de ce beau projet.