Reportage sur le Festival de Théâtre Amateur en Milieu Scolaire deuxième édition

Écrit par Clotilde Hardeman.

 

«  C’est le texte et le sens du texte qui est important, ils doivent le dire de la manière la plus saine, il faut aussi qu’ils articulent » Anne Marie Vautrin

fta2017 7

 

Pour cette deuxième édition du Festival de Théâtre amateur en milieu scolaire, c'est plus de 200 élèves qui se sont réunis au PôleJeunePublic afin de présenter leur pièce. 

Etaient présents les élèves de 3° et 4° du collège La Ferrage à Cuers, les 6°3 du collège Pin d'Alep à Toulon, les élèves de seconde générale et technologique du lycée Dumont d'Urville à Toulon, des élèves de 6° à la 3° du collège Paul Cézanne à Brignoles, les élèves de 5° du collège La Guicharde à Sanary-sur-Mer, les élèves de la 6° à la 3° du collège Reynier à Six-Fours-les-Plages et enfin, les élèves de 5° à la 3°du collège André Malraux à La Farlède.

Devant les autres élèves et un jury de professionnels, chaque classe a dévoilé son travail avec pour thème imposé : Le risque.

« Crazy Shakespeare » présenté par le collège La Ferrage ouvre le bal de cette seconde édition du Festival de Théâtre Amateur en milieu scolaire. Pour leur deuxième participation, les gagnants de l’année précédente ont mis Shakespeare à l’honneur en reprenant des scènes issues de plusieurs pièces ( Roméo et Juliette, Macbeth, Hamlet, Beaucoup de bruit pour rien, Le songe d’une nuit d’été, Le Roi Lear) ; Et tout ceci en anglais ! Pour coller parfaitement au thème imposé : Le risque.  A propos du spectacle, Elisa dira «  ça m’a plus, surtout Roméo et Juliette, c’est bien joué, moderne et actuel ». On ressent une réelle énergie de groupe, les scènes s’enchainent avec aisance.                                                                        

Puis c’est le collège des Pins d’Alep avec leur spectacle « Quand les personnages demandent des comptes » qui entre en scène. Des personnages de contes qui demandent des comptes, voilà qui est risqué. On y retrouve l’Alice de Lewis Caroll ou le Pinocchio de Carlo Collodi qui se côtoient et veulent entamer une  révolution. On remarque que les élèves sont le plus souvent tous sur scène au même moment, ils interagissent tous ensemble, et tout le monde est à la fois acteur et spectateur. Le spectacle se terminera d’ailleurs dans une effusion collective au son de guitares saturées.

         Les lycéens de Dumont D’urville ont quant à eux choisi de nous présenter un spectacle intitulé « On sort ». Il traite de l’adolescence, des choix difficiles à faire qui comportent parfois des risques. On sent de la maturité dans le jeu et chaque comédien amateur soutient le jeu d’acteur de ses camarades telle une réelle compagnie théâtrale. Un travail sur le sens et la forme avec des barricades en arrière-plan métaphorisant les limites que l’on se fixe dans la vie. Les saynètes présentées sont issues d’improvisation et d’adaptations d’œuvres comme Braises de Catherine Verlaguet, Atteintes à sa vie de Martin Crimp ou encore de Retour au désert de Bernard-Marie Koltès.

« Les coulisses du possible » c’est le titre qu’on choisit les élèves du collège Paul Cézanne pour nous montrer l’envers du décor d’une création théâtrale. C’est la mise en abîme du théâtre, on retrouve tous les petites mains qui font que le théâtre soit possible, divers métiers et leurs risques.  Il est à noter que les talents des élèves sont mis en avant dans ce spectacle, certains jonglent, dansent et font des acrobaties d’autres jouent de la musique et chantent.

Le collège La Guicharde entre ensuite sur scène avec le spectacle « Le Mur ». Thème actuel et poignant, il parle de la difficulté à vivre dans un pays oppressé, des choix qui s’imposent à nous et dont dépend notre vie. Faut-il ou non prendre le risque de perdre sa vie pour ses idées ? Les élèves ici ont adapté le texte de Thierry Simon en l’encrant dans leur réalité. Le public est derrière ce mur et n’espère qu’une chose : savoir s’ils oseront le rejoindre.

 Après une pause déjeuner, la troupe du collège Reynier nous présente « Arrête ton char, Ben Hur ! », une parodie de l’œuvre de Lewis Wallace Ben Hur. C’est une course de char peu conventionnelle qui mélange les époques, entre Antiquité et modernité avec notamment des personnages comme Mario et son kart, et deux techniciens « charglass ». La troupe a réussi le tour de force d’amener l’humour au théâtre, autant dans le discours que dans la gestuelle et les  costumes, réalisés pour la plupart par les comédiens eux même. Le risque est ici représenté physiquement : comment organiser une course de char dans un théâtre ?  Les idées sont originales et les jeux de mots sont légions.

Pour clore cette seconde édition du Festival de théâtre amateur en milieu scolaire, on fait place aux élèves du collège André Malraux et leur pièce « Rencontre du quatrième type ». Des petites saynètes s’enchaînent et les élèves dépeignent le portrait de plusieurs familles qui tente de répondre à la question posé par le professeur de français, qu’est-ce que le risque ? Une pièce où le texte a été écrit autour des comédiens et pour les comédiens, par leur enseignante Mme Friscia. 

  

Enfin le moment que tout le monde attendait arrive : le verdict du jury composé de: 

-Patrice Laisney, Directeur du PôleJeunePublic

- Cyrille Elslander, Directeur Adjoint du PôleJeunePublic

- Christophe Champfailly, Coordinateur Départemental Arts et Culture Inspéction Académique du Var 

- Peggy Mahieu, comédienne- Cie de L'Echo 

-Alexandre Dufour, Comédien- Cie Le cabinet de Curiosités 

-Anne Marie Vautrin, Professeure de Théâtre - Ateliers Déclic'Théâtre 

-Deux élèves du collège Jacques Yves Cousteau 

Le prix de la meilleure intérprétation féminine est attribué à Emma CASSASSOLES du collège La Guicharde pour "Le Mur" 

Le prix de la meilleure intérprétation masculine est attribué à Théo DE CEAURRIZ du collège Paul cézanne pour "Les coulisses du possible"

Le prix du meilleur spectacle est attribué au collège La Guicharde pour leur pièce "Le Mur" 

 

On remerciera aussi tout particulièrement les élèves du collège Jacques Yves Cousteau et leur enseignante Sandrine Belliardo, qui ont participé en coulisse au bon déroulement de cette seconde édition, en accompagant, guidant et aidant les apprentis comédiens, mais aussi en rendant possible l'élaboration de cet article !